Pour le maintien des services publics en montagne et l’aménagement équilibré des territoires.
S'inscrire à notre newsletter
*champs obligatoires
logo_content
Pour le maintien des services publics en montagne
et l’aménagement équilibré des territoires.
menu
 
 
  • les confrontations
  • la boutique
  • accueil breadcrumb_separator les confrontations breadcrumb_separator 2èmes Confrontations de l'Innovation en Montagne
    4 thèmes: l'aménagement de la montagne, les services publics, l'emploi, la culture. Lors de la conférence débat, des candidats à la présidentielle ou leurs représentants ainsi que des spécialistes ont répondus à vos questions.

    Introduction

    Le maire de l’Hospitalet rappelle les principes de l’association: le pacte républicain est pour lui bafoué car les montagnes ne sont pas assez soutenues et aidées par le reste de la société. Il prend l’exemple de l’école publique et rappelle que l’association a pour but de créer un réseau de compétence pour réfléchir et penser autrement à l’aménagement de nos territoires.

    L’agent de développement de l’Hospitalet rappelle le déroulement du week-end rebelle: projection de "Tous au Larzac" (vendredi soir), AG de l’association (samedi matin), repas (samedi midi), débat (samedi après-midi), soirée musicale et randonnée le dimanche et rappelle la difficulté de la question posée (très longue, à tiroir). Mission agrobioscience (structure publique nationale, anime également les controverses de Marciac), J.M Guilloux rappelle le but de la mission et rappelle les thèmes imposés pour le débat.

    La question initiale

    Saisonnalité, pluri compétences, maintien des services publics, emplois pour les jeunes, restructuration des stations de ski, thermale et climatique, réforme de la santé, surcoûts de la construction, concurrence agriculture / tourisme, spéculation foncière... comment intégrer la spécificité montagnarde rurale dans la politique nationale de l'aménagement du territoire? Ou comment aller vers un acte II de la loi Montagne?
    L’animatrice fait un état des lieux des écueils sur la montagne et rappelle que c’est un territoire d’expérimentation et de pratiques nouvelles. Selon elle, ce sont des territoires qui peuvent être des atouts et pose comme première question: est-ce-que le regard a changé sur ces territoires ou est-ce-que c’est toujours l’assistanat et on se "débrouille" avec ça?

    Le débat

    M.Carballido (vice-président à la Région sur les politiques territoriales et transfrontalières, président du Pays Pyrénées Cathare) prend la parole. Il excuse l’absence d’Augustin Bonrepaux et de Frédérique Massat.

    Les territoires de montagne ne sont pas des territoires à handicap mais on met en concurrence les territoires les plus en difficultés pour que chacun joue sur ses atouts: territoire préservé, des cultures, savoir-vivre, savoir-faire permettent de faire face aux handicaps.
    Pour lui, il est essentiel de se repositionner sur:
    - un acte II de la montagne,
    - un acte III de la décentralisation,
    - il remercie l’association qui permet de retrouver la culture du débat et du projet.

    L’animatrice questionne l’UMP sur la question posée.
    M.Voile, responsable des jeunes UMP, concession agricole sur St Jean du Falga: pour lui ce sont les problèmes des Ariégeois qui l'intéressent. Il explique qu’il n’a pas eu trop le temps de préparer la question, qu’il s’est aidé des rapports de ministres. Il a noté sur une feuille double une réponse à la question qui était posée et n’arrive pas à "improviser" et répondre aux questions de la salle comme le fait M.Carballido.
    Voilà sa réponse à la question: dans un milieu montagnard, il faut diversifier la saisonnalité de l’offre touristique, avoir des activités autres qu’hivernales. Il faut pouvoir être à l’écoute des attentes du touriste, proposer plusieurs formes de tourisme sur toute l’année pour avoir des emplois annuels.
    Pluri compétence = pluri activités: il faut former des personnes à tous les métiers de la montagne, formation des accompagnateurs, se pencher sur les perceptions de l’offre touristique.
    Il faut restructurer les stations de ski car elles ont un rôle économique majeur, il faut développer les opportunités (tarifs avantageux, neige de culture, ambiance plus "nature" et produits plus familiaux).
    Maintien des services publics et des structures de santé: il énumère rapidement ce qui peut être innovant (sites internes pour commander sur l’épicerie, points multiservice, points internet, poste).
    L’animatrice l’interroge sur les grands enjeux des élections, mais il ne peut apporter de réponse car "il n’a pas travaillé là-dessus".

    M.Carballido reprend la parole et rappelle que tout est lié.
    Il pense qu’il faut une politique de la montagne. Il s’interroge sur le statut des conseillers territoriaux, leur légitimité et la capacité d’intervention qu’auront les conseillers. Pour lui, Il faut travailler sur les interactions entre la ville et la campagne, que ce soit une relation équilibrée. Il ne veut pas faire de coupure entre rural et urbain. Il prend l’exemple du POCTEFA:
    "s’il faut des outils de coopération pour les grandes régions, n’oublions pas de garder des problématiques spécifiques à la montagne: la formation, la perméabilité du massif, questions sur le changement climatique" et propose de prioriser les financements des projets sur les massifs.
    Le maire de l’Hospitalet rappelle que sa municipalité à un budget important qui lui permet de prendre en charge des services qu’il ne devrait pas prendre en charge et s’interroge sur l’avenir de l’intercommunalité qui pourrait être un engin de nivellement.
    M.Carballido rappelle qu’il y a des initiatives comme les pôles d’excellences ruraux intéressantes mais qu’il faut des moyens.

    L’animatrice interroge sur la problématique du foncier:
    Le maire de l’Hospitalet pose la question de l'accessibilité des jeunes au logement. M.Carballido évoque l’AFP qui est, selon lui, un outil qui préserve les terrains pour l’agriculture.

    Intervention de la salle qui rappelle que le territoire a besoin de service public.
    M.Carballido qui intervient très rapidement sur le thème de la compétitivité des territoires.

    Maire de l’Hospitalet: "Le montagnard n’est pas victime, on ne nous donne pas les clés pour conduire la machine".

    Une personne de l’Ariégeois Magazine, également ancien médecin rappelle que malgré les divergences politiques, à l’ANEM, certaines motions sont votées à l’unanimité et que justement les différents partis ont en général les mêmes idées. La disparition des services publics interroge de la même façon les différents partis majoritaires. Il s’interroge sur la pression exercée par les partis qui fait qu’entre les décisions unanimes à l’ANEM et à l’Assemblée, il y ait des différences.

    L’animatrice évoque la question de l’échelle et des normes.
    La salle demande à ce que l’on reconnaisse la spécificité de la montagne.

    M.Voile ne propose pas de réponse, mais il écoute pour trouver des solutions: "La politique nationale peut aller à l’encontre de ce qui va ici".

    Pour lui, il faut proposer des idées. L’animatrice essaye de recentrer le débat sur l’ensemble des questions posées par la salle:
    M.Carballido rappelle que c’est dommage qu’il n’y ai pas tous les partis politiques et qu’il reste à l’écoute durant son mandat des problèmes locaux. Il attend des élections que le résultat lui donne des orientations vers des politiques originales, des orientations sur ce qu’on croit juste. Il rappelle que l’ANEM a été créée par A. Bonrepaux et un autre élu centriste de l’Aveyron, cela montre qu’il y a un esprit montagnard qui fait que ce sont des élus qui se comprennent sur des problématiques. Il rappelle que le problème des services publics date et que ce n’est pas que depuis 5 ans. Il faut avoir de la liberté. Il veut qu’on redonne du pouvoir à la Région. M.Voile prend note des critiques de la salle sur le fait que l’Etat se désengage de la montagne mais selon lui, l’Etat verse toujours les mêmes sommes aux Conseil Général et Conseil Régional, il n’y a donc pas à repenser la place de la montagne.

    L’animatrice rappelle l’importance de la dynamique de projet, d’aller voir ailleurs les expériences et de mobiliser les élus.

    Conclusion

    Le maire de l’Hospitalet évoque:
    - la spécificité de la montagne: désavantage ou atout?
    - le paradoxe des élus: l’ANEM, pour lui, c’est comme une pièce de théâtre, un tartuffe, on arrive à des situations où il y a des représentants locaux qui se réunissent dans des organisations spécifiques, mais quand il s’agit de voter des lois, ils se retrouvent opposés à une logique de parti.
    - Il rappelle également que pour l’association, l’important est de s’organiser, de se faire entendre, de se faire voir. Pour lui, il n’y a pas assez de débats comme celui proposé aujourd’hui. En janvier 2011, le but était justement de se faire entendre, bien voir, de façon intelligente, moderne, et sortir des images épinales qu’on veut essayer de leur coller et rappelle que dans les échéances électorales, on ne parle pas de l'aménagement du territoire.

    Il remercie les intervenants, l’équipe et les participants de ces 2ème confrontations de la montagne.
    Fin du débat à 17h.
     
    date de l'évènement
    07/04/2012
    points clés
    Avec M.Carballido (PS), M.Voile (Jeune UMP), Arnaud Diaz (Maire de l’Hospitalet), Mission Agrobioscience (MBS), débat animé par Jean-Marie Guilloux et Valérie Péan.
    pour approfondir