Pour le maintien des services publics en montagne et l’aménagement équilibré des territoires.
S'inscrire à notre newsletter
*champs obligatoires
logo_content
Pour le maintien des services publics en montagne
et l’aménagement équilibré des territoires.
menu
 
 
accueil breadcrumb_separator l'association
Cette initiative citoyenne et apolitique est née à L'Hospitalet Mérens en janvier 2011 d'un constat malheureusement sans appel.

Présentation de l'association

Que la montagne est rebelle est une association Loi 1901.

Cette initiative citoyenne et apolitique est née à L'Hospitalet Mérens en janvier 2011 d'un constat malheureusement sans appel.

En vertu d'un raisonnement comptable et au nom d'une logique de marché, la montagne, comme de nombreux territoires en France deviennent des oubliés de la République. Au même titre que les campagnes ou les cités des banlieues, elles sont aujourd'hui traitées comme des secteurs de seconde zone. La menace se précise de jour en jour. Les territoires de montagne sont dans le collimateur des gestionnaires.

Or, ce que nous défendons, c'est d'être partie intégrante d'un état républicain fondé sur un contrat social qui entend favoriser le dynamisme des territoires et le bien être des citoyens par la présence de services publics accessibles à tous. Face aux données locales géophysiques et démographiques qui varient d'un territoire à un autre, notre République s'est toujours donnée pour règle de garantir l'égalité d'accès de tous les usagers à ces services publics, quel que soit la situation de leur habitat.

Nous voulons lutter activement contre cette état de fait, notre objectif est d'être acteur de l'évolution et de l'aménagement de nos territoires, pour cela notre action s'articule autour des point suivants:

- La défense des services publics: parce que la politique des services publics conduite par l'Etat est un outil majeur d'aménagement équilibré du territoire. Mais nous voulons éviter de tomber dans la caricature. Il s'agit de démontrer dans des cas précis en fonction des particularités socilogique, démographique, géographique, économique des territoires qu'une politique volontariste de l'Etat peut être un vecteur de développement. Nous voulons aussi éviter la caricature concernant notre mode opératoire. Nous privilégions les actions innovantes, originales, indépendante et surtout respectueuses des lois. Notre communication forte et décalée est notre principal atout. Nous voulons être présents sur les réseaux sociaux sur Internet dans les médias pour faire entendre notre voix et faire boule de neige afin de pouvoir peser sur les décisions publiques. Notre principale motivation c'est la richesse de nos territoires, nous ne voulons pas nous placer en victimes des temps modernes mais plutôt en porteur de projet à défendre et pour cela nous pensons que l'Etat doit être notre partenaire.

- Créer un réseau de compétence et de réflexion: la solution est à la marge! Ce qui caractérise en effet tous les territoires de zones blanches, enclavés, isolés, en voie de désertificiation etc, c'est d'être MIS A LA MARGE par rapport à un CENTRE décisionnaire (l'Etat et les métropoles...). Or nous pouvons inverser cette vision des choses: c'est la marge qui, par son combat, les difficultés qu'elle déjoue, la créativité dont elle doit faire preuve pour inventer son présent et son avenir, avec des solutions innovantes, une dimension collective, ancrée sur le lien entre les hommes, d'une part, et les hommes et une géographie d'autre part, qui peut servir d'exemple au "centre". Ce n'est plus le centre qui indique en creux à la marge tout ce qui lui manque et tout ce qu'elle n'est pas, mais la marge qui devient une solution pour les problèmes du centre.

Les Confrontations

Le constat de départ

Après sʼêtre fait connaître pour son combat en faveur du maintien des écoles sur son territoire, le collectif Montagne Rebelle a certes un fort capital sympathie, mais doit élargir le champ de des préoccupations et en changeant dʼéchelle territoriale, pour maintenir et renforcer sa dynamique.

Le principe

"Nos problèmes sont aussi vos problèmes". Que ce soit dans les autres vallées des Pyrénées, mais aussi les communes des autres massifs montagneux en France et en Europe, voire tout territoire même en plaine, dès lors quʼil est à lʼécart des grandes dynamiques de développement. En fait, dépassons le strict cadre de la montagne. Ce qui caractérise en effet tous les territoires de zones blanches, enclavés, isolés, en voie de désertificiation etc, cʼest dʼêtre MIS A LA MARGE par rapport à un CENTRE décisionnaire (lʼEtat et les métropoles...).

Or nous pouvons inverser cette vision des choses: cʼest la marge qui, par son combat, les difficultés quʼelle déjoue, la créativité dont elle doit faire preuve pour inventer son présent et son avenir, avec des solutions innovantes, une dimension collective, ancrée sur le lien entre les hommes, dʼune part, et les hommes et une géographie dʼautre part, qui peut servir dʼexemple au "centre". Ce nʼest plus le centre qui indique en creux à la marge tout ce qui lui manque et tout ce quʼelle nʼest pas, mais la marge qui devient une solution pour les problèmes du centre. Il faut partir pour cela des préoccupations dʼactualité qui traversent toute la société contemporaine. Lʼécole, bien sûr - "quelle éducation hors du centre?" - mais aussi le travail et lʼemploi, par exemple.

Ainsi, les Confrontations doivent instruire, de manière exemplaire, de grands problèmes restés en souffrance, en pointant les solutions méconnues, expérimentées dans les zones blanches ou leur potentiel.
 
points clés
  • - association loi 1901
  • - défense des services publics
  • - création d'un réseau de compétence et de réflexion
pour approfondir
Consultez la page des confrontations.
à télécharger